Devenir Fan

Nous contacter

  • Association Loisirs Jeunes
    loisirsjeunes77@laposte.net
  • Bibliothèque de la Roseraie
    bib.villevaude@laposte.net 01.60.07.72.21

Mairie de Villevaudé.

  • 27 r Charles de Gaulle - 77410 VILLEVAUDE

    Tél. : 01 60 26 20 19 - Fax : 01 60 26 51 08

Visitez le site de notre commune

Villevaudé: sites, associations partenaires

Autres contacts

.

« Les allumettes suédoises, Robert Sabatier | Accueil | Guerre et train à l'écran »

29 juin 2012

Commentaires

serge


« Le train » est passé à Drancy


Au centre culturel de Drancy (Seine-Saint-Denis), « Le train » de John Frankenheimer était projeté le jeudi 14 mai à 20h30 sous l’initiative du Ciné-Club Michel Galabru animé par Bernard Desforges et Claude Bélètre. Je m’y suis rendu car c’était aussi l’occasion unique de pouvoir rencontrer et discuter avec Bernard Château, technicien de cinéma et spécialiste des explosions sur le tournage de ce film franco-américain-italien réalisé fin 1963. Une rencontre riche en souvenirs, mais aussi emplie d’émotion comme le révéla par la suite le débat dans la salle, après la projection du film.

La projection, pour laquelle 65 personnes s’étaient déplacées, débuta à 20h40. Elle était assurée par François Marot et Guy Bled (tous deux membres du ciné-club). En prélude, nous avons pu voir un documentaire couleurs très intéressant et plutôt de 10 minutes, « Le rail et le cinéma », réalisé par la section centrale cinématographique de la SNCF. Ce making-of du tournage du film « Le train », dont les premiers tour de manivelle commencèrent en octobre 1963,. était commenté par le comédien Michel Simon. Il relatait les grands moments des scènes ferroviaires (les scènes d’intérieur étant tournées au studio de Boulogne) qui nécessitèrent la participation de 280 à 300 personnes. Michel Simon tint à cette occasion à exprimer son admiration pour ces cheminots français qui firent montre de beaucoup de courage et d’humilité, précisant même que ce film leur rendait (même tardivement)… « un hommage mille fois mérité ». Bernard Desforges, président de l’ACPA (1) prit la parole juste avant la projection de ce film à grand spectacle réunissant une pléiade de comédiens français (Jeanne Moreau, Michel Simon, Suzanne Flon, Albert Rémy, Jacques Marin) pour rendre hommage au musicien du film, Maurice Jarre, qui composa 163 musiques de films dans sa carrière. Le film était un DVD loué pour la circonstance puisqu’aucune copie film n’avait pu être trouvée ou prêtée pour cette soirée.

L’histoire du film est basée sur des faits réels. Au moment de la retraite des Allemands en août 1944, le colonel von Waldheim (interprété par Paul Scofield) réquisitionne un train pour transporter vers l’Allemagne des œuvres d’art jusqu’alors entreposées musée du Jeu de paume (des chefs-d’œuvre de Picasso, Cézanne, Gauguin, Manet, Matisse, Utrillo, Braque, etc.). Paul Labiche (Burt Lancaster), ingénieur responsable du réseau ferroviaire de l’Est et chef d’un réseau de la Résistance, est chargé d’empêcher à tout prix le train de parvenir à destination. Labiche organise une habile mystification à l’échelon du réseau ferroviaire national puis, finalement, le déraillement du convoi. Les Allemands ripostent par des exécutions d’otages et mettront tout en œuvre pour faire repartir le train mais, au terme d’un combat sans merci, la Résistance aura finalement le dernier mot Le réalisateur Arthur Penn commença le tournage. Cependant, à la suite d’une divergence de vues sur le film, il fut renvoyé à la demande de Burt Lancaster. En effet, celui-ci souhaitait un film dans lequel les machines et l’action prévaudraient afin de reconquérir le public qui avait boudé sa prestation précédente (« Le guépard » de Luchino Visconti en 1963). Le scénariste Walter Bernstein se mit au travail et modifia alors le scénario en ce sens. Pour la petite histoire, Burt Lancaster se blessa à la jambe en jouant au golf pendant une journée de relâche. Afin de justifier ce handicap, il fut décidé d’ajouter dans le script une scène dans laquelle l’acteur américain était blessé par une balle à la jambe durant sa fuite de la locomotive aux abords de la gare de Rive-Reine. Les scènes ferroviaires furent tournées au triage d’Argenteuil, Saint-Ouen les docks, La Glacière-Gentilly, Vaires-Torcy (Seine-et-Marne) et Gargenville (dans les Yvelines). La scène du bombardement pendant laquelle Papa Boule (Michel Simon) réussit à sortir son train a été tournée dans le triage de Vaires-Torcy. Pour rendre l’effet encore plus saisissant, un poste d’aiguillage fut spécialement aménagé comme décor dans ce même triage SNCF de Vaires, l’un des plus grands en France. Cela permettra de le voir pulvérisé par la suite par une bombe rendant l’ambiance du bombardement du triage encore plus réaliste (le bombardement avait été effectué par les Alliés le 29 mars 1944). Pour la bonne continuité de cette séquence, les scènes de destruction plus importantes furent réalisées dans l’ancien triage de Gargenville. Pendant six semaines 50 artificiers avaient minutieusement préparé sous la direction de Lee Zavitz les explosifs qui se déclenchèrent en moins d’une minute. D’autres scènes furent prises en Normandie, dans la région d’Acquigny (près de Louviers) et Autheuil-Authouillet, près de Vernon, toujours dans le département de l’Eure, celle notamment où l’on voit Burt Lancaster escalader les flancs assez abrupts d’une colline surplombant la voie ferrée qu’il s’apprête à saboter pour stopper le convoi. L’une des scènes les plus spectaculaires du film reste le télescopage entre deux locomotives (une de type 230B et l’autre, une antique 030C). Cette collision fut tournée à l’aide de sept caméras en gare d’Acquigny. Trois caméras furent d’ailleurs détruites lors de cette séquence capitale. Un autre moment fort du film réside dans la reconstitution du bombardement de la gare de Vaires-sur-Marne Des explosions dont le maître d’œuvre n’était autre que notre ami Bernard Château.

Bernard Château est un ancien technicien de cinéma, spécialiste notamment des voitures travelling conçues pour les opérateurs de prises de vues et des artifices (explosions). L’homme, âgé de 77 ans, a les cheveux blancs, l’œil vif et pétillant derrière ses lunettes bien ajustées et surtout une verve intarissable dès qu’il s’agit de parler de son art. D’ailleurs, dans une petite salle, en bon pédagogue, il prend plaisir à montrer et expliquer aux curieux quelques photos de tournage, accessoires et matériels qu’il a apportés avec lui (clap de tournage, caméra 35 mm Coutant sur pied, lampe géante de studio pour les éclairages, etc.). Il porte sur ses 40 années d’activité dans le milieu du cinéma un regard nostalgique et une passion inépuisable. A l’époque, le cinéma était à son âge d’or. C’était une grande industrie qui mobilisait beaucoup de monde et n’utilisait pas encore les effets spéciaux. Il a ainsi travaillé avec les plus grands réalisateurs (Frankenheimer, Granier-Deferre, Grangier, de Broca, Tavernier, Lelouch, Oury, Berri, etc.) côtoyé Jean Gabin, Alain Delon, Jean Marais, Lino Ventura, Yves Montand, Bourvil, de Funès, etc. Avec son ami Rémy Julienne, il mettait au point et réglait des cascades. Pendant son intervention après la projection du film, il tint à saluer la grande courtoisie de l’acteur Burt Lancaster : c’était un grand gaillard, un sportif accompli (trapéziste à ses débuts). Il était très poli, parlait français et respectait les techniciens. Tout au long de sa carrière ce technicien du 7e art a trempé dans pas moins de 6000 films, à raison de 150 films par an ! C’est à lui qu’on doit la modification de la CV dans « Le corniaud » (1965) qui se disloquera, lors de la rencontre Bourvil et de Funès, et la transformation de La Belle Américaine (1961) en voiture de marchand de glaces. C’est aussi le spécialiste des voitures travelling pour les opérateurs de prises de vues. A ces débuts, il fut artificier sur des films aussi célèbres que « Le jour le plus long » (1962), « Le train » (1964), « Paris brûle-t-il ? » (1966), « La nuit des généraux » (1967) et beaucoup d’autres encore. Bien entendu, les questions du public à Drancy portèrent sur le tournage de « La grande vadrouille » (1966) et Bernard raconta moult anecdotes sur ce chef-d’œuvre du cinéma populaire, notamment celle des citrouilles lors de la séquence de la poursuite (2,5 tonnes de cette cucurbitacée furent nécessaires) et celle de la séquence finale des planeurs, tournée sur le plateau de Mende.

Autre grand moment de cette soirée, l’intervention de Monsieur Robert Quint, 85 ans, ancien cheminot et résistant. Ce dernier a pris la parole pour s’étonner que les Allemands, grand peuple européen épris de culture, se soient rendus coupables d’autant d’atrocités. Il a ensuite amèrement regretté les propos malheureux et déplacés de Françoise Laborde, journaliste de France 2 (ne pas confondre avec sa sœur Catherine Laborde qui présente la météo sur TF1) tenus dans son livre « Ça va mieux en le disant » paru chez Fayard en 2008 et qui écrivait à propos du rôle des cheminots dans la Résistance : « La SNCF se targue d’être un modèle de solidarité sociale, mais nul n’ose rappeler que les trains de la mort qui emmenaient les juifs et résistants vers les camps d’extermination n’ont jamais été stoppés par des grévistes et sont toujours arrivés à l’heure, leur prestation payée, rubis sur l’ongle, par les nazis. Sans les trains français, comment la déportation aurait-elle pu avoir lieu ? Les cheminots héros de la Résistance dans « La bataille du rail », voilà une imposture historique extrapolée et véhiculée par les « camarades » après la guerre « [sic]. L’intervention de M. Rorbert Quint fut à juste titre saluée par l’assistance. Des voix s’élevèrent dans la salle pour souligner le caractère scandaleux des propos de la journaliste de France 2. A une époque où certains négationnistes réécrivent l’histoire, ses propos ne pouvaient que choquer. Comme l’a fort justement fait remarquer Bernard Desforges, « il n’est qu’à voir les plaques apposées dans les gares recensant les noms des victimes fusillées pour comprendre que la Résistance était bien réelle ». De même le témoignage personnel de Monsieur Quint (qui n’a rien perdu de sa mémoire) suscita une vive émotion dans la salle lorsqu’il évoqua les conditions dans lesquelles travaillaient les cheminots français durant cette période (lui-même était jeune apprenti cheminot et résistant, mais ses parents ne le savaient pas). « Le train » fait partie de ces rares films avec « Ceux du rail » (1943) et « La bataille du rail » (1945), tous deux réalisés par René Clément, qui rendent hommage à l’héroïsme des cheminots français dont beaucoup ont payé de leur vie leur combat contre les nazis (1647 cheminots fusillés ou déportés sans retour selon l’avocat Arno Klarsfeld, Le Monde 06/06/2006). Madame Laborde aurait dû mieux se renseigner avant de publier ses inepties dans un ouvrage autobiographique qui avoue justement sa honte du mensonge.

Un pot amical a clôturé la soirée à 23h45. Une initiative très sympathique qui prouve que le Ciné-Club de Drancy sait allier culture et convivialité. Une qualité qui devient de plus en plus rare de nos jours.


(1)- L’APCA (Association de Défense du Patrimoine Cinématographie et Audiovisuel) a été créée en 2002 par Bernard Desforges et Claude Bélètre, deux amis et anciens professionnels du cinéma. Dans cet esprit, ils organisaient le premier rendez-vous de l’image dans l’enceinte même du centre culturel de Drancy en novembre 2002, manifestation ayant pour but de permettre aux amateurs et collectionneurs du cinéma et de l’image de se rencontrer et de partager leur passion à travers la vente, l’achat ou l’échange de matériels photo et cinématographique. A la demande de la ville intéressée par leur initiative culturelle, ils fondèrent le ciné-club de Drancy de Michel Galabru dont l’inauguration aura lieu le 29 septembre 2005 avec la projection du film « Le juge et l’assassin » de Bertrand Tavernier. Depuis cette date, la ciné-club programme environ six films par an). Pour tout renseignement : APCA - 99 rue François Rude 93700 Drancy (01 48 30 37 98).

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

Manifestations annoncées

  • Bourse aux plantes, mardi 1e mai, dans le parc de la Roseraie
    De 10h à 16h, organisé par l'association Villevaudé...demain
  • Samedi 26 mai : Fête des 3 Hameaux
    Organisée par la municipalité, barbecue géant, feu d’artifice et animation musicale
  • Journée Crop, samedi 2 juin toute la journée
    Organisée par l'Atelier Créatif de Villevaudé au Mille Club, rue Charles de Gaulle à Montjay-la-Tour
  • Brocante, dimanche 10 juin 2018, Feux de la Saint Jean, samedi 30 juin
    Brocante organisée par le CCAS de Villevaudé à Montjay-la-Tour Soirée Feux de la Saint Jean organisée par l'association de l'église
  • Art floral, samedi 26 juin à 14h30 au Mille Club
    Organisé par l'Atelier Créatif de Villevaudé
  • Forum des associations
    Samedi 8 septembre, salle des Merisiers à Montjay-la-Tour Initiation aux premiers secours avec la Croix Rouge et l'association Loisirs Jeunes Concours de confiture organisé par l'association Villevaudé...demain
  • Journée du Poilu
    Organisé pas la municipalité, samedi 17 novembre en soirée, salle des Merisiers à Montjay-la-Tour
  • Opération "Réduisons nos déchets" en adoptant des poules, avec Villevaudé...demain
    Samedi 17 novembre à 10h au Mille Club Avec l'ADEME et la CCPMF: Distribution de poules, de composteurs et de compost, pour les adhérents de l'Association Villevaudé...demain.
  • Marché de Noël, samedi 24 et dimanche 25 novembre 2018, organisé par l'Atelier Créatif de Villevaudé
    Salle des Merisiers à Montjay-la-Tour

Pages